Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2015 1 21 /09 /septembre /2015 21:40

A lire sur mon site chevallier.biz

~~FOMC : l’Amérique d’abord ! Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Etats-Unis, Europe, Monétarisme Les membres votants du FOMC ont décidé de ne pas augmenter leur taux de base, y compris Dennis Lockhart contrairement à ce qu’il a laissé entendre au vu de l’augmentation des prix (PCE:PILFE) sur les 6 derniers mois. Cette décision a surpris beaucoup de monde car elle n’est pas logique compte tenu des données concernant la croissance, l’emploi et l’inflation qui sont les objectifs principaux de la Fed (et cf. mes analyses). Les membres votants du FOMC expliquent dans leur communiqué qu’ils ont tenu compte des risques posés par l’évolution de l’activité économique hors des Etats-Unis, sans les préciser : The Committee continues to see the risks to the outlook for economic activity and the labor market as nearly balanced but is monitoring developments abroad. Lors de sa conférence de presse, Janet Yellen a précisé que ces risques portaient sur l’évolution de l’activité économique en Chine. C’est là un leurre, dans le plus pur style de son prédécesseur le bombardier furtif B-2 ! En effet, les risques posés par l’évolution de l’activité économique hors des Etats-Unis ne viennent pas objectivement de la Chine mais de la vieille Europe continentale et plus précisément de la zone de cette monnaie contre nature qu’est l’euro comme le montre clairement l’évolution des rendements des bons des Trésors à 10 ans, ceux du Bund, de la France et de… l’Helvétie (qui lui est arrimée) qui sont sur leur tendance baissière longue depuis juillet 2007, atteignant ou tendant vers zéro voire des valeurs négatives, Document 1 : Le plongeon de ces mauvais bons à partir du 1° janvier 2014 coïncide logiquement avec la baisse de l’euro par rapport au dollar (US$) ou autre formulation, avec le renchérissement de ce dollar par rapport aux autres monnaies… Document 2 : … ce qui a eu pour conséquence de faire baisser les chiffres d’affaires et surtout les bénéfices des sociétés des Etats-Unis. Ce bon vieux Greenspan a toujours dit et répété que pour lui et les autres dirigeants américains, l’essentiel était que l’Amérique garde son leadership sur le Monde libre… et que les bénéfices des entreprises américaines continuent donc à progresser normalement sur leur tendance longue, ce qui fait la Richesse des nations comme l’a fort justement dit jadis Adam Smith. Les membres votants du FOMC ont décidé de ne pas augmenter leur taux de base dès septembre pour redonner un peu de force à l’euro, c’est-à-dire un peu de faiblesse au dollar et donc un peu de répit ou de force aux bénéfices des entreprises américaines. Le jeu du chat et de la souris est subtil : pour maximiser son plaisir, le chat a besoin de laisser survivre un peu la souris. Tout est simple. Complément : des membres du FOMC sont intervenus à plusieurs reprises depuis le 28 avril pour faire remonter les rendements du Bund pour qu’ils ne suivent pas ceux du 10 ans helvète, cf. mes analyses.

Partager cet article

Repost 0
Published by CHEVALLIER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Jean-Pierre CHEVALLIER, business économiste
  • Contact

Recherche

Liens