Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2016 3 24 /02 /février /2016 19:22

En ligne sur mon site chevallier.biz

~~Q€ pour les nuls et tsunami bancaire Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques Européennes, Leverage De petits rappels s’imposent avant d’aborder le problème… Au XX° siècle finissant, les systèmes bancaires européens et Nord-américains fonctionnaient normalement car les banques respectaient plus ou moins bien les règles prudentielles d’endettement que ce bon vieux Greenspan avait édictées, à savoir un multiple (le leverage) inférieur à 12,5 (c’est-à-dire que le total des dettes de toute banque ne doit pas dépasser 12,5 fois le montant de ses capitaux propres), connu aussi sous son inverse en pourcentage, le ratio core Tier 1 qui devait être supérieur à 8 %. Comme beaucoup de banques ne respectaient plus ces règles, le désordre s’est accentué et les autorités américaines ont pris des mesures radicales, en particulier en flinguant pour l’exemple la banque des frères Lehman, ce qui a fait réagir positivement les dirigeants des banques qui respectent maintenant ces règles prudentielles d’endettement. Les marchés bancaires fonctionnent normalement aux Etats-Unis avec donc des fondamentaux rétablis, ce qui permet de restaurer une croissance quasiment normale sans inflation. Il n’en est pas de même en Europe. Les autorités n’ont pas imposé de mesures radicales. Pire : elles ont toujours soutenu l’insoutenable, à savoir des banques qui ne respectent pas ces règles prudentielles d’endettement. Le premier résultat en a été le blocage du marché interbancaire de la zone euro. En effet, avant les turbulences financières de 2008, les banques qui avaient une position nette créditrice (vis-à-vis de leur banque centrale) prêtaient toujours leurs disponibilités aux banques qui avaient une position débitrice. Depuis les turbulences de 2008, comme les dirigeants des banques, connaissant la réalité de la situation, n’ont plus confiance dans les autres banques, les banques qui ont une position nette créditrice refusent donc de prêter leurs disponibilités à celles qui ont une position débitrice. Elles ne prêtent plus qu’à la BCE qui a donc été amenée à prêter ces disponibilités aux banques qui ont une position débitrice, remplaçant ainsi le marché interbancaire qui reste bloqué. Pire : comme beaucoup de banques manquent de disponibilités, les Marioles de la BCE ont décidé de leur prêter des centaines de milliards d’euros supplémentaires à des conditions très avantageuses, officiellement pour qu’elles prêtent cet argent à leurs clients (pour financer leurs investissements), ce qu’elles ne font pas car elles placent en retour ces milliards à la BCE. Autre formulation : la BCE prête des centaines de milliards d’euros à des banques qui les redéposent à la BCE, ce qui correspond à une cavalerie très lourde ! Document 1 : La manip marche tant que les banques déposent à la BCE l’argent reçu de la même BCE, mais ça coince quand trop de banques sont obligées de conserver ces disponibilités pour ne pas sombrer. C’est ce qui se passe toujours lors de périodes de grandes tensions, et c’est ce qui vient de se passer : vendredi dernier, les Marioles de la BCE ont été obligés d’emprunter… 47 milliards d’euros à de généreuses, anonymes et mystérieuses Zadministrations publiques déjà surendettées ! Document 2 : Tout va bien ! Il n’y a pas eu de tsunami bancaire. Du moins pour l’instant. Les tensions sont considérables, comme le plongeon récent des cours des actions, en particulier des banques, le montre clairement. Les autorités des Etats-Unis n’interviennent plus maintenant pour sauver le Bund qui reprend sa baisse vers le zéro absolu de tous les dangers. Il est difficile de prédire ce qui se passera mais de toute façon, le proche avenir est historiquement très sombre.

Partager cet article

Repost 0
Published by CHEVALLIER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Jean-Pierre CHEVALLIER, business économiste
  • Contact

Recherche

Liens