Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2016 2 29 /03 /mars /2016 11:50

à lire sur mon site chevallier.biz

~~SNCF : un train d’arnaques qui déraille ! Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique France La situation réelle de la SNCF est pire que ce que fait apparaitre son résultat et son bilan publiés car le rapport financier certifié recèle en fait des pertes considérables, de l’ordre d’une quarantaine de milliards d’euros qui sont plus ou moins bien camouflées, ce qui est une tromperie gigantesque… En effet, les dotations aux amortissements de l’EPIC SNCF (le groupe total) se montent à 2,847 milliards d’euros pour l’année 2015… Document 1 : … ce qui représente 6,75 % des immobilisations (corporelles) qui se montent à 42,320 milliards, Document 2 : Or, à titre de comparaison, Deutsche Bahn comptabilise 4,471 milliards d’euros de dotations aux amortissements… Document 3 : … pour 42,821 milliards d’immobilisations, soit 10,44 % ce qui signifie que les Allemands considèrent que la perte de valeur du matériel roulant et des infrastructures est de l’ordre de 10 % par an, ce qui est a priori vraisemblable, Document 4 : Dès lors, la sous-évaluation des dotations aux amortissements de l’EPIC SNCF est déjà a priori importante et anormale. Par ailleurs, les immobilisations corporelles de l’EPIC SNCF réseau se montent à 57,476 milliards d’euros d’après les chiffres publiés dans le rapport financier 2015… Document 5 : … et celles de l’EPIC SNCF Mobilités à 12,394 milliards, Document 6 : Comme l’EPIC SNCF (le groupe total) est constitué de deux ZEPICs, l’EPIC SNCF réseau et l’EPIC SNCF Mobilités (et accessoirement encore d’un autre EPIC), le montant de ses immobilisations devrait être la somme des immobilisations de ces deux ZEPICs, soit : 57,476 + 12,394 = 69,870 milliards Or, le montant des immobilisations de l’EPIC SNCF publié dans le bilan est de 42,320 milliards d’euros (cf. document 1). Il y a là une incohérence monumentale ! Pourquoi ce grand écart ? La réponse est dans le rapport financier de l’EPIC SNCF (le groupe total), dans la note 4,1 qui avoue que ses immobilisations ne sont pas comptabilisées à leur valeur nette comptable en fin d’exercice, mais pour des montants diminués des subventions d’investissements versées par l’Etat et les Régions, ce qui est totalement contraire aux règles comptables, évidemment, Document 7 : Le montant de ces subventions d’investissements se montait fin 2015 à… 32,270 milliards d’euros ! Document 8 : Le bilan publié par l’EPIC SNCF (le groupe total) ne respecte pas les règles comptables, ce qui est condamnable mais pas condamné, évidemment. En fait, le montant des immobilisations de l’EPIC SNCF (le groupe total) qui aurait dû être publié aurait dû se monter à 74,590 milliards d’euros et les dotations aux amortissements auraient dû être de l’ordre de 8 milliards à l’instar de celles de Deutsche Bahn, et non pas de 2,8 milliards (cf. document 1). Dès lors, les pertes réelles de l’EPIC SNCF sont de l’ordre 5 milliards d’euros au lieu d’un (petit) bénéfice publié. Les comptes de l’EPIC SNCF (le groupe total) sont certifiés… Document 9 : … mais prudemment, les commissaires aux comptes prennent quand même quelques précautions en ne garantissant pas la valeur nette des actifs ! Document 10 : En fait, d’après les déclarations du patron de la SNCF, ces commissaires aux comptes ont manifestement refusé d’avaliser une première mouture des dotations aux amortissements en exigeant de comptabiliser une douzaine de milliards de pertes de valeur. Comme le montant de l’actif tangible est négatif à hauteur de 10 milliards d’euros, compte tenu des subventions d’investissements de 32 milliards, ce sont donc une quarantaine de milliards d’euros que les administrations publiques, c’est-à-dire les contribuables, ont versé à la SNCF pour qu’elle se maintienne en survie ! Les Enarques ont l’habitude de créer des usines à gaz pour camoufler des dettes et des pertes, mais dans ce cas, l’usine à gaz de la SNCF les révèle finalement… à condition de savoir décrypter correctement ses comptes. L’EPIC SNCF (le groupe total) a publié son rapport financier vendredi dernier, Vendredi Saint. Aucun journaleux n’a publié à ce jour d’article sur ce petit trou d’une quarantaine de milliards d’euros qui est et sera finalement comblé par les contribuables, ce qui n’intéresse personne. Je suis le seul, à ma connaissance, à avoir mis en évidence cette tromperie.

Partager cet article

Repost 0
Published by CHEVALLIER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Jean-Pierre CHEVALLIER, business économiste
  • Contact

Recherche

Liens