Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 16:22

 

Cliquer sur le lien pour lire cet article sur mon site et pour les commentaires : PMI manufacturier : toboggan France-USA

 

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Etats-Unis, Europe, France

 

L’écart entre les indices PMI de la France et des Etats-Unis s’est réduit en novembre mais il s’est bien creusé précédemment, ce qui signifie que la croissance américaine ne va pas avoir d’effet d’entrainement,


Seul en Europe, le Tigre celtique continue à renaitre avec un PMI manufacturier à 52,4 qui montre bien une fois de plus que pour stimuler la croissance, le meilleur moyen est de baisser le taux d’impôts sur les bénéfices des entreprises, ce qui fait jouer à plein un effet boule de neige salvateur.

L’Allemagne à 46,8 est touchée par les €-crises

Repost 0
Published by CHEVALLIER
commenter cet article
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 15:26

 

Cliquer sur le lien pour lire normalement cet article sur mon site et pour les commentaires : Leverage des banques systémiques mondiales, 3° trimestre 2012

 

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques

 

La liste des 28 banques présentant un risque systémique dans le monde (les SIFIs pour Systemically Important Financial Institutions) comprend maintenant Standard Chartered et BBVA Bilbao en remplacement de Lloyds Banking Group et de Commerzbank. Elles ont toutes publié leur bilan arrêté au dernier trimestre.

5 des 8 banques américaines respectent encore et toujours correctement les règles prudentielles d’endettement édictées par ce bon vieux Greenspan et la BRI dites de Bâle III, à savoir un multiple, mon µ, le leverage, inférieur à 10 correspondant à un ratio Tier 1 réel supérieur à 10 %, deux respectent Bâle II, Goldman Sachs restant la seule banque en dehors des règles,

Document 1 :


Sommes en milliards de monnaie nationale.

 

Par rapport au classement du trimestre précédent, la situation s’améliore un peu dans l’ensemble,

Document 2 :

(cliquer sur les graphiques pour les agrandir)
En bleu, les big banks des Etats-Unis, en rouge les Gos banques françaises, en orange leurs consœurs helvètes, en vert clair les banques relevant de Bank Of England, en vert foncé les autres banques européennes, en jaune les banques… asiatiques.

Le multiple d’endettement (mon µ, leverage) montre que les banques européennes sont dans une situation qui n’inquiète que les gens bien informés, et cocorico : les péquenots du Crédit Agricole retrouvent largement la dernière place !

Document 3 :

Le leverage des banques non américaines s’est amélioré en passant d’une moyenne de 25,3 à 23,8 sauf pour nos Gos banques franchouillardes pour lequel il s’est aggravé en passant de 28,5 à 29,0. Nos 4 Gos banques se classent toutes dans le dernier gros tiers de la liste.

Tout est simple.

Cliquer ici pour voir le classement du trimestre précédent des SIMIs.

Rank Banks 2012 Q1 Liabilities Equity Leverage Tier 1
1 Wells Fargo 1 232,32 142,396 8,65 11,56
2 Bk New York Mellon 304,762 35,182 8,66 11,54
3 Bank of America 1 946,32 219,838 8,9 11,3
4 State Street 184,261 20,261 9,1 11
5 Citigroup 1 744,88 186,465 9,4 10,7
6 JP Morgan Chase 2 130,65 190,635 11,2 8,9
7 Morgan Stanley 704,694 60,291 11,7 8,6
8 Goldman Sachs 880,663 68,337 12,9 7,8
9 Standard Chartered 581,497 42,934 13,5 7,4
10 Unicredit Group 906,595 62,557 14,5 6,9
11 BBVA Bilbao 603,957 41,49 14,6 6,9
12 HSBC 2 549,43 171,63 14,9 6,7
13 Bank of China 11 951,98 791,703 15,1 6,6
14 Santander 1 226,06 74,569 16,4 6,1
15 Mitsubishi UFJ FG 208 464,26 10 176,92 20,5 4,9
16 Royal Bank of Scotland 1 317,20 59,699 22,1 4,5
17 ING Bank 1 195,22 52,877 22,6 4,4
18 Banque Populaire CdE 1 141,24 49,695 23 4,4
19 BNP Paribas 1 916,19 77,403 24,8 4
20 Nordea 683,555 27,434 24,9 4
21 UBS 1 316,63 52,449 25,1 4
22 Sumitomo Mitsui FG 134 095 5 371 25 4
23 Credit Suisse 987,61 35,682 27,7 3,6
24 Barclays 1 544,84 54,295 28,5 3,5
25 Société Générale 1 238,60 42,9 28,9 3,5
26 Mizuho FG 160 623 4 977 32,3 3,1
27 Deutsche Bank 2 128,83 56,815 37,5 2,7
28 Crédit Agricole SA 1 875,70 43,1 43,5 2,3
Repost 0
Published by CHEVALLIER
commenter cet article
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 10:42

 

Cliquer sur le lien pour lire normalement cet article sur mon site et pour les commentaires : BBVA Bilbao 3° trimestre 2012

 

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques Européennes

 

La banque espagnole BBVA Bilbao a été incorporée dans la liste des banques systémiques mondiales (SIMIs) en remplacement de Lloyds Banking Group… ce que je n’avais pas remarqué car j’ai été enduit en erreur à l’insu de mon plein gré par un article erroné de journaleux alors que j’avais bien consulté le bon communiqué du FSB.

Son multiple d’endettement (leverage, mon µ) fluctue depuis plusieurs trimestres dans les 14, ce qui correspond à un ratio Tier 1 réel de 7 % environ,


Sommes en millions d’euros respectant presque le mode de calcul et les exigences de Bâle III, de la Fed et de ce bon vieux Greenspan(en excluant les minoritaires mais en incluant les derniers bénéfices).

 

Il faudrait augmenter les capitaux propres de 17 milliards d’euros pour que BBVA respecte les règles prudentielles d’endettement (un µ inférieur à 10 et un Tier 1 supérieur à 10 %).
Aucune amélioration n’est perceptible depuis les 4 derniers trimestres.


J’ai écrit l’an dernier après les résultats du 3° trimestre 2011 : La situation des grandes banques espagnoles n’est pas catastrophique mais elles ne pourraient pas supporter les conséquences de la chute des dominos euro-zonards car il leur manque trop de capitaux propres.

Actuellement, on voit très bien que la situation des banques ibériques est difficilement soutenable.

Festina lente.

Cliquer ici pour lire le rapport financier de ce dernier trimestre.
Cliquer ici pour lire le communiqué du FSB donnant la liste des banques systémiques mondiales

BBVA Bilbao 2011 Q3 2011 Q4 2012 Q2 2012 Q3
Liabilities 546,3 559,5 581,4 604,0
Equity 38,1 38,2 41,0 41,5
Leverage (µ) 14,3 14,7 14,2 14,6
Tier 1 (%) 7,0 6,8 7,0 6,9
Repost 0
Published by CHEVALLIER
commenter cet article
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 16:10

 

Cliquer sur le lien pour lire cet article sur mon site et pour les commentaires  BCE : KfW et les Marioles

 

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Europe

 

KfW est une banque publique allemande créée après la guerre pour gérer les fonds mis à la disposition de l’Allemagne par les Etats-Unis dans le cadre du plan Marshall.

Elle tire maintenant ses ressources d’emprunts sur les marchés des capitaux. Elle bénéficie d’un statut particulier : ces emprunts sont garantis par l’Etat allemand. Ils sont donc notés AAA.

Il est fort vraisemblable que ce soit cette banque (entre autres) qui fournisse (plus ou moins discrètement) en fins de semaines les milliards d’euros nécessaires au bouclage du bilan de la BCE.

Le total de son bilan, de l’ordre de 500 milliards d’euros lui en donne la possibilité.

Ainsi seraient décryptées les solutions retenues par les Marioles de la BCE pour survivre en ces temps de tsunami bancaire toujours possible.

Cliquer ici pour voir le dernier rapport financier de KfW.

Repost 0
Published by CHEVALLIER
commenter cet article
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 11:09

 

Cliquer sur le lien pour lire cet article sur mon site et pour les commentaires : Petits Suisses : grand danger de la BNS !

 

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Suisse

L’accroissement des réserves de devises dû aux mesures de politique monétaire fait peser des risques considérables sur le bilan de la BNS. Par conséquent, il se peut qu’à l’avenir les fluctuations de valeur soient plus marquées que par le passé. En outre, le rapport entre les fonds propres et les réserves monétaires s’est détérioré a déclaré récemment Thomas Jordan, le patron de la BNS.

C’est très exactement ce que j’ai écrit depuis un certain temps ! (cf. mes analyses antérieures)

Ainsi, les capitaux propres de la BNS ont baissé de 5 milliards de francs suisses fin octobre par rapport au mois précédent,

Document 1 :

Les capitaux propres ne représentent plus que 12,7 % du total du bilan,

Document 2 :

Le leverage de la BNS est encore satisfaisant mais il se détériore,

Document 3 :

L’€-crise est dévastatrice pour la vieille Europe. Les malheureux petits Suisses, cernés par 300 millions de barbares ignares auront beaucoup de difficultés à survivre.

Cliquer ici pour lire un résumé de la dernière déclaration de Thomas Jordan.

Repost 0
Published by CHEVALLIER
commenter cet article
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 10:26

 

Cliquer sur le lien pour lire cet article sur mon site et pour les commentaires : USA : croissance normale

 

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Etats-Unis, Monétarisme

 

Les derniers chiffres des agrégats monétaires publiés hier soir par la Fed confirment que la croissance du PIB aux Etats-Unis continue à être normale.

En effet, M2-M1 continue à augmenter très régulièrement de 5,1 % par an depuis le 1° août 2011

Document 1 :

ce qui signifie que la croissance du PIB est normale : autour de 2,5 % d’une année sur l’autre, c’est-à-dire de 3,7 % en ce 4° trimestre par rapport au précédent en taux annualisé, contre 2,7 % pour le 3° trimestre, chiffre corrigé publié hier,

Document 2 :

Le frein de la croissance américaine est surtout constitué par l’€-crise comme je l’ai écrit maintes fois depuis longtemps, et cette €-crise ne peut que s’aggraver à l’avenir.

Repost 0
Published by CHEVALLIER
commenter cet article
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 15:39

 

Cliquer sur le lien pour lire cet article sur mon site et pour les commentaires : BCE : les Marioles s’engagent !

 

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques Européennes, Europe

 

A quoi correspond concrètement la rubrique 5.1 Engagements envers des administrations publiques qui permet d’équilibrer miraculeusement le bilan de l’Euro système (la BCE pour simplifier) ?

J’ai posé cette question à plusieurs reprises à la BCE pendant plus d’un mois sans avoir de réponse… Elle ne m’est parvenue finalement que ce matin, après la publication hier de mon article à ce sujet !
Tout peut aller très vite dans certaines circonstances !

La direction de la communication de la BCE confirme bien, comme je l’ai écrit, que sous cette rubrique, sont enregistrés pour l’essentiel des dépôts d’entités dépendant d’Etats de la zone euro qui peuvent être en particulier… des recettes fiscales !

Manifestement les Etats de la zone euro ont donc des comptes très largement excédentaires !
Cette partie de réponse est, disons, amusante.

Plus sérieusement, ces dépôts peuvent provenir effectivement de l’émission d’obligations d’État, c’est-à-dire de l’augmentation de leurs dettes, et d’éventuels transferts provenant d’établissements de crédit qui peuvent être, concrètement, comme j’en ai émis l’hypothèse, des emprunts d’entités étatiques auprès de banques déposés le vendredi soir à la BCE pour équilibrer son bilan.

En effet, depuis 6 mois (juin), ces engagements couvrent très exactement les besoins de financement des banques, c’est-à-dire l’écart (le trou) entre les prêts accordés et les dépôts faits par ces banques auprès de la BCE,


Dans ce dernier cas, les 130,8 milliards de la rubrique 5.1 doivent bien s’analyser comme étant des dettes d’Etats, non comptabilisées en tant que telles par ailleurs, qui ont augmenté de 33 milliards en une semaine, ce qui ne présente manifestement aucun intérêt vu que personne n’en parle…

Comme le précise la réponse que m’a faite la direction de la communication de la BCE reproduite ci-dessous, je ne tire pas de conclusions erronées sur le court terme : la tendance longue est clairement à une augmentation de ces dettes étatiques plus ou moins bien camouflées entre autres dans cette rubrique 5.

Les Marioles de la BCE se sont donc engagés dans une voie dangereuse.

Ma présente analyse éclaircit celles que j’avais faites précédemment.

Dans la mesure où des entités étatiques emprunteraient effectivement à des banques pour équilibrer le bilan de la BCE, il n’y aurait donc pas de création monétaire dans ce mécanisme, ce qui est (relativement) rassurant.

***
Dans la situation financière hebdomadaire de l’Eurosystème, la rubrique 5.1 du passif regroupe les comptes courants, les dépôts à terme et les dépôts à vue que les administrations publiques détiennent auprès de leur banque centrale nationale (BCN). Une hausse de cette position peut résulter, entre autres, de recettes fiscales ou du dépôt de fonds reçus dans le cadre de l’émission d’obligations d’État. Il convient donc d’examiner les évolutions de cette position:
(a) sur le long terme et non sur le court terme pour faire abstraction des variations normales à cet horizon (par exemple en raison de facteurs saisonniers);

(b) en tenant compte des dépôts que les administrations publiques sont susceptibles de détenir auprès d’établissements de crédit et non pas seulement auprès des BCN: une augmentation des dépôts des administrations publiques auprès de leur BCN peut, notamment, être due à la baisse de leurs dépôts auprès d’établissements de crédit).
Pour résumer, aucune conclusion sur les positions des comptes courants des pays participant à la zone euro ne saurait être tirée uniquement à partir des évolutions à court terme de la rubrique 5.1 de la situation financière hebdomadaire de l’Eurosystème.
Repost 0
Published by CHEVALLIER
commenter cet article
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 16:37

 

Cliquer sur le lien pour lire cetarticle sur mon site et pour les commentaires : BCE : bilan… déséquilibré !

 

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Europe

 

Le bilan de la BCE est rassurant quand on prend en considération le montant des capitaux propres qui dépasse 500 milliards d’euros depuis deux mois,

Document 1 :

Même avec un total du bilan difficilement imaginable de 3 000 milliards d’euros, le leverage fluctue autour de 5 ce qui est plus que parfait

Document 2 :

ce qui correspond à un ratio Tier 1 supérieur à 20 %,

Document 3 :

Cependant, le bilan de la BCE est inquiétant quand on prend en considération le montant des prêts accordés aux banques qui dépassent 1 000 milliards d’euros et surtout à partir du moment où ils dépassent les dépôts, depuis juin dernier,

Document 4 :

La situation a été pire pendant les grandes turbulences de 2008-2009,

Document 5 :

En fait la BCE équilibre son bilan depuis le mois d’août dernier à partir de cette rubrique 5 absconse Engagements en euros envers d’autres résidents de la zone euro dont le total se monte à 180 milliards d’euros au 23 novembre,

Document 6 :

Les variations de cette rubrique sont considérables d’une semaine à l’autre : de 30 à 40 milliards d’euros !

Document 7 :

Cette situation peut s’expliquer de deux façons :

- soit des établissements financiers dépendants de certains Etats (Allemagne en particulier), empruntent en fin de semaine quelques dizaines de milliards d’euros à très court terme pour équilibrer le bilan hebdomadaire de la BCE, ce qui devrait apparaitre quelque part et être connu,

- soit ces inscriptions comptables ne correspondent pas à des emprunts réels, ce qui est particulièrement très grave, a priori inimaginable pour une grande banque centrale qui ferait ainsi de la pure création monétaire.

Dans le meilleur des cas (le premier) les 180 milliards d’euros empruntés au 23 novembre ne sont pas comptabilisés dans les dettes publiques d’Etats de la zone euro, ce qui est grave et inquiétant d’autant plus que la situation peut continuer à se dégrader.

Dans ces conditions, le trésor de guerre que constituent les 538 milliards d’euros de capitaux propres de la BCE sont une proie bien tentante pour les gangsters que sont les hommes (et les femmes !) politiques, ce qui est grave et inquiétant…

Pour l’instant, tout va bien.
Carpe diem.

Repost 0
Published by CHEVALLIER
commenter cet article
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 17:03

 

Cliquer sur le lien pour lire cet article sur mon site et pour les commentaires : BCE : les Marioles et leurs administrations publiques

 

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Europe

 

Les Marioles de la BCE ont prêté la somme fantastique de 1 125 milliards d’euros à des banques de la zone euro (rubriques 5.1 et 5.2 de l’actif)…

Document 1 :

qui les redéposaient ensuite globalement à la BCE (rubriques 2 du passif) ce qui est compréhensible car ils se substituent au marché interbancaire qui ne fonctionne plus car les banquiers qui connaissent très bien la situation de leur propre banque n’ont pas confiance dans les autres banques (ils craignent à juste titre un tsunami bancaire qui peut se produire à tout moment, ils préfèrent donc déposer leurs disponibilités auprès de la BCE plutôt que de les prêter à des banques qui risqueraient de ne pas les leur rendre),

Document 2 :

Tout va relativement bien tant que ce mécanisme fonctionne mais comme je l’ai écrit à maintes reprises, le problème est qu’un jour cet équilibre risque d’être rompu par un manque de dépôts bancaires auprès de la BCE, ce qui s’est déjà produit à plusieurs reprises et en particulier dans le dernier bilan de la semaine finissant le 23 novembre : - 33 milliards par rapport à la semaine précédente !

Dans ce cas, les Marioles de la BCE jonglent avec divers artifices pour équilibrer leur bilan du vendredi soir, en particulier avec la rubrique 5.1 relative aux Engagements de mystérieuses Administrations publiques qui ont augmenté de… 33 milliards d’euros par rapport à la semaine précédente !

J’ai demandé à plusieurs reprises depuis plus d’un mois à la BCE des renseignements sur ces mystérieuses administrations publiques… sans avoir de réponse pour l’instant.

Un de mes lecteurs a posé une question identique pour savoir ce que sont les Autres engagements de cette rubrique absconse 5.2 et il a eu (difficilement) une réponse : il s’agit pour l’essentiel de dépôts d’établissements non bancaires qui ne dépendent que des banques centrales nationales de l’euro système.

En transposant cette réponse, les mystérieuses administrations publiques devraient être des établissements financiers dépendant d’Etats de la zone euro relevant de la seule autorité des banques centrales nationales, sans que la BCE ne les contrôle.

Ainsi, il apparait vraisemblable que, le vendredi soir, juste avant la clôture des comptes, constatant un trou potentiel de 33 milliards d’euros dans leur bilan (à la suite de la baisse des dépôts bancaires), les Marioles de la BCE demandent à des banques centrales nationales d’emprunter un total de 33 milliards sur les marchés par l’intermédiaire d’établissements financiers dépendant d’Etats (l’Allemagne ?) de la zone euro.

Ces acrobaties devraient apparaitre dans d’autres comptes, or il n’en est rien a priori.

Alors ? Que se passe-t-il ?

Il est possible que les 130,8 milliards d’euros d’Engagements envers des administrations publiques soient un artifice comptable sans réalité, de la pure création monétaire, un véritable faux bilan.

Cliquer ici pour voir la réponse de la BCE à la question posée par un de mes lecteurs le 29 octobre.

Repost 0
Published by CHEVALLIER
commenter cet article
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 16:53

 

Cliquer sur le lien pour lire cet article sur mon site et pour les commentaires : France : analyse monétariste

 

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique France, Monétarisme

 

La Banque de France a publié tardivement les chiffres des agrégats monétaires de septembre, ce qui n’intéresse personne, ou presque…

Les Français continuent à recevoir de l’argent non gagné : ils ont déposé, essentiellement en comptes courants, près de 600 milliards d’euros dans des banques, inscrits dans l’agrégat M1,

Document 1 :

Par contre, ils commencent à désépargner : 2 milliards d’euros en moins par rapport au mois précédent, ce qui est visible dans l’agrégat M2-M1,

Document 2 :

Cette baisse de l’épargne aurait pu signifier que les Français en profitaient pour consommer davantage, ce qui aurait pu faire repartir la croissance du PIB, mais il n’en est rien : ils puisent manifestement dans leur épargne pour faire face à leurs besoins tout en restreignant leurs dépenses,

Document 3 :

L’hypertrophie monétaire n’est déjà plus gérable : elle entraine toute une série de dysfonctionnements irrattrapables.

La trésorerie des entreprises (M3-M2) continue à se dégrader : presque 150 milliards d’euros en moins par rapport à un plus haut atteint en mai 2009 correspondant à une bulle qui s’est plus ou moins résorbée après les turbulences initiées par les dirigeants américains,

Document 4 :

La trésorerie des entreprises ne représente plus que 21 % du PIB annuel, ce qui est insuffisant et révélateur de la fragilité des entreprises françaises,
Document 5 :

Pour l’instant, tout va bien, pas d’€ffondrement.
Carpe diem.

Repost 0
Published by CHEVALLIER
commenter cet article

Présentation

  • : Jean-Pierre CHEVALLIER, business économiste
  • Contact

Recherche

Liens