Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Bienvenue au Club !


Les pays de la zone euro qui ont des problèmes ne sont pas les PIGS mais ceux du Club Med.

Il faut donc y inclure la France !


En effet, jeudi et vendredi, l’écart entre les rendements des bons du Trésor français à 10 ans (3,478 %) et du Bund (3,102 %) a brusquement explosé à 12 % contre 8 % au cours des jours précédents, et quasiment zéro jusqu’au mois de mai 2007, avant les turbulences financières,

Graphique 1 :

(il ne m’est pas possible pour l’instant de mettre en ligne les graphiques)

Cliquer ici pour agrandir le graphique.


Pour l’Italie, l’écart est passé de 25 à 30 % au cours de la semaine,

Graphique 2 :

(il ne m’est pas possible pour l’instant de mettre en ligne les graphiques)

Cliquer ici pour agrandir le graphique.


Ces évolutions sont logiques et prévisibles comme je l’ai déjà écrit précédemment.


Les capitaux sortent de leur refuge qu’était l’obligataire public, d’abord et surtout des pays qui ont les fondamentaux les plus faibles comme la Grèce, et ensuite des autres pays du Club Med.


Les prix des contrats baissent car la demande baisse (alors que l’offre augmente avec l’augmentation des déficits publics !), donc les rendements, qui évoluent en sens inverse, augmentent.


La communauté financière française a essayé au cours des mois passés de sauver les apparences : les banques et les assureurs ont acheté des bons du Trésor français pour soutenir la demande (en particulier en incitant les épargnants à investir dans des produits financiers adossés à la dette publique), mais la situation n’a plus été tenable à partir de jeudi.


Les rendements de la dette française ont brusquement explosé et les cours des banques et assureurs français ont plongé.


Ce n’est que le début des nouvelles turbulences, le grand choc qui va faire enfin tomber l’euro.


Bien entendu, l’investissement gagnant est dans des actions de sociétés cotées aux Etats-Unis, sous valorisées  et créant de la valeur car elles sont doublement gagnantes : sur leur potentiel de hausse et sur la parité entre le dollar et l’euro.


Avec Fred Rabeman, analyste technique, nous proposons justement des offres en ce sens (renseignements et tarifs sur demande).


Remarque : à la suite d’une erreur de manipulation et du changement de la version de mon tableur, les chiffres que j’avais mentionnés précédemment étaient erronés.

***

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Jean-Pierre CHEVALLIER, business économiste
  • Contact

Recherche

Liens